Prévention de la violence à l’école primaire en relation avec l’empathie (tests BEES)

jeudi 24 mai 2007
par  Daniel Favre
popularité : 13%

Les résultats présentés sur le tableau 1 complètent la figure 12.1 du livre, ils concernent les résultats aux différents scores aux tests BEES et CCE avant et après la formation des enseignants et en comparant la classe expérimentale et la classe témoin.

Analyse

BEES positif : Effet statut significatif (p=0,003). Les élèves du groupe expérimental ont un score plus élevé (11,57 et 14,47) que les élèves du groupe témoin (8,97 et 5,00), autant au pré qu’au post.

BEES négatif : Effet temps/expérimentaux significatif (F=3,97, p=0,051). Les élèves du groupe expérimental ont un score plus bas au post (-2,97) qu’au pré (0,90).

BEES total : Effet temps/expérimentaux significatif (F=7,20, p=0,010). Les élèves du groupe expérimental ont un score plus élevé au post (17,43) qu’au pré (10,67). L’effet statut (F=4,82, p=,032) s’explique par la différence plus grande au temps 2 qui entraîne ainsi une différence de moyennes plus grande entre les deux statuts lorsque les 2 temps sont regroupés.

Tableau 1 : Évolution des élèves expérimentaux et témoins des classes de l’enseignement primaire selon les différentes variables.

Tableau 1

Un résultat important apparaît après le post-test : la capacité d’empathie, selon le BEES, a augmenté significativement dans la classe expérimentale de 86 % alors que celle-ci tend à diminuer de manière non significative dans la classe témoin.
Si le score au BEES est inversement corrélé au risque de manifestations de la violence ces résultats montrent qu’il y a bien eu une significative et importante prévention de la violence dans la classe expérimentale.